Risques d’infarctus dus au calcium de synthèse

Nouvelle méta étude confirmant que les risques d’une supplémentation en calcium de synthèse (carbonates gluconates citrates ) dépassent les avantages, et qu’elle augmente de 30 % les risques d’infarctus ‘Risks outweigh benefits’ for calcium supplements: Meta-analysis – BMJ 07/2010

L’étude publiée dans le British Medical Journal, indique que les supplements synthétiques de calcium causent davantage d’incidents cardio vasculaires (infarctus) que le nombre de fractures qu’ils contribueraient a prévenir.

Les supplémentations en calcium pondéral de synthèse sont communément administrées aux personnes âgées comme mesure préventive pour réduire les effets de l’ostéoporose. Ces produits ont montré qu’ils contribuaient à ne réduire que de façon marginale le risque de fracture chez les personnes qui souffrent d’ostéoporose mais trés peu de recherches ont été compilées sur les risques d’une telle supplémentation en calcium pondéral. Cette nouvelle étude conduite par le professeur Ian Reid & coll de l’Université d’Auckland, est une méta étude de 15 essais randomisés sur des suppléments en calcium de type gluconates citrates, carbonates, conduits depuis ces 20 dernières années dans le but d’investiguer les liens entre supplémentation en calcium et évènements cardiovasculaires.

En analysant les données relatives aux 12.000 personnes impliquées dans ces 15 essais cliniques il a été ainsi montré que ces suppléments en calcium augmentent les risques d’attaque cardiaque d’environ 30 %. Même si cette augmentation malgré tout significative est modeste, les chercheurs suggèrent que la grande diffusion des supplémentations en calcium de ce type signifie que même une petite augmentation du risque d’incidence cardiovasculaire pourrait être traduite dans une forte augmentation de la prévalence de ces troubles pathologiques dans la population.

Les chercheurs indiquent que la probabilité de subir des effets secondaires cardiovasculaires comparée à la modeste efficacité de ces suppléments sur la réduction des risques de fracture (seulement environ 10 % de réduction du nombre de fractures) suggère qu’une révision de l’intérêt de la supplémentation en calcium dans la prévention et le traitement de l’ostéoporose doit être faite. (NDLT enfin !)

Les résultats observés dans ces études ont été constatés seulement dans les populations qui prenaient une supplémentation en calcium sous forme de calcium gluconate citrates et carbonates mais n’affectaient pas les personnes qui avaient une prise alimentaire ou diététique élevée en calcium. Le Professeur Reid explique que cela est sans doute lié a des niveaux de calcium plus élevés dans le sang avec la supplémentation pondérale des suppléments par rapport au calcium alimentaire. Les apports massifs en calcium qui entrainent des hauts niveaux de calcium circulant sont suspectés d’être liés au durcissement des artères, qui peut causer des attaques cardiaques.

Le Prof. Reid déclare également que les résultats des études indiquent un besoin de réviser l’utilisation de calcium tel qu’ils sont proposés aujourd’hui dans la population générale “Lorsque vous faites le calcul arithmétique, il est évident que les risques dépassent les avantages.”

Le principal écueil réside dans le fait que les gens pensent que ces suppléments sont naturels alors qu’ils ne le sont pas pour tous ces apports de calcium pondéral.
Des apports alimentaires riches en calcium le sont mais pas ces apports massifs de calcium synthétique en tablettes hyper-dosées qui n’ont absolument pas les mêmes effets selon Reid.

Pour éviter ces risques d’hyperdosages en calcium de synthèse de toutes formes isolées telles que les carbonates, citrates, gluconates, souvent administrés sans leurs co-facteurs, il est préférable d’avoir recours à des aliments et extraits végétaux les plus naturellement riches en calcium alimentaire assimilable (qui est loin d’être le lait ) car ce calcium se trouve naturellement associé à d’autres nutriments nécessaires à une assimilation harmonieuse. On pourra par exemple choisir d’une part du calcium sous forme ionique, extrait d’ortie qui est l’un des aliments les plus riches en calcium naturel assimilable et de consommer des amandes. Le calcium d’origine alimentaire apporté sous forme ionique n’est pas isolé des autres nutriments apporté par la source alimentaire et agit comme co-facteur enzymatique, améliore les échanges cellulaires sur le plan électromagnétique, interagit avec d’autres ions métalloïdes et intervient en aucun cas de façon isolée. Il doit être associé avec d’autres nutriments tels qu’ils sont naturellement associés dans les sources naturelles. L’apport de calcium pondéral sans prise de produits laitiers peut aussi avantageusement se faire par l’absorption de lithothamne riche en calcium et en autres nutriments, qui, ensemble, contribuent à une bonne fonction des enzymes digestives.

L’apport de calcium de lithothamne permet des dosages plus raisonnables par rapport aux véritables besoins de l’organisme. Ainsi, le calcium mieux assimilé présentera moins de risque de se déposer dans les artères ou là où le corps n’en a pas besoin. Le BMJ commence enfin à confirmer l’évidence du danger de ces overdoses en calcium synthétique, après que des générations de seniors ont été « gavés » de doses complétement désadaptées de carbonates de calcium contribuant au durcissement des artères et à l’augmentation des pathologies cardiovasculaires.

Ce n’est pas le seul nutriment qui est ainsi apporté en hyper-dosage de façon inconsidérée parce qu’apporté de façon synthétique et isolé… Les industriels ont toujours essayé de faire croire que de fortes doses pourraient contourner la faible biodisponibilité des molécules de synthèse par rapport aux molécules apportées dans leur contexte naturel. Il en est de même pour les vitamines D de synthèse ou isolés de leurs nécessaires co facteurs pour être bien assimilée et être active là où il le faut.
Beaucoup de progrès sont encore à faire dans la conscience collective tant chez les professionnels de santé que dans le grand public, quant à l’administration intelligente des nutriments et dans la compréhension des mécanismes complexes de la nutrition.

Références de l’étude BMJ ci-dessous en abstracts et en texte intégral original ci-joint en anglais.

DOI:10.1136/bmj.c3691

Effect of calcium supplements on risk of myocardial infarction and cardiovascular events: meta-analysis

Authors: Mark J Bolland, Alison Avenell, John A Baron, Andrew Grey, Graeme S MacLennan, Greg D Gamble, Ian R Reid

Etude : BMJ CALCIUM

Laisser un commentaire