Métabolisme de la Vitamine D, fonctions et besoins: de la science aux allégations santé.

Eur J Nutr. 2012 Aug 12.

Équipe de Biologie Moléculaire Marine, PROTÉE, Université du Sud Toulon-Var, BP 20132, Avenue de l’Université, 83957, La Garde Cedex, France.

RESUME

CONTEXTE

La Vitamine D est un nutriment considéré de longue date comme essentiel pour la santé du squelette mais elle attire aujourd’hui l’attention des communautés dans le domaine médical et nutritionnel car l’état des connaissances fait émerger sa fonction biologique et son association à la réduction du risque de plusieurs maladies chroniques .

RESULTATS:

Une question émerge: Combien de vitamine D supplémentaire avons nous besoin pour ces fonctions de la vitamine D? Cette revue débat de la physiologie de la vitamine D et de l’hypovitaminose D et présente deux politiques nutritionnelles pour la vitamine D: Celle adoptée par les Autorités de Santé et celle des scientifiques de la Nutrition. Les preuves scientifiques suggèrent que les niveaux sériques de 25(OH)D devraient dépasser 75 nmol/L, sauf quoi, il n’y aurait pas d’effet bénéfique de la vitamine D sur les maladies chroniques. Les recommandations réglementaires actuelles sont insuffisantes pour atteindre ce niveau d’adéquation. les données observationnelles et prospectives montrent que la Vitamine D présenterait un rôle dans la prévention du cancer ainsi que pour l’immunité, le diabète ainsi que les désordres cardiovasculaires et musculaires, et qui impliquent les actions de 1α,25(OH)2D aux niveaux moléculaire et cellulaire. Les récents avis émis par l’Autorité Européenne de Sécurité Alimentaire devraient conduire vers de nouvelles allégations santé.

CONCLUSIONS:

La Vitamine D, que ce soit par la fortification des aliments ou en complément alimentaire, est une nouvelle stratégie de santé prometteuse présentant ainsi des opportunités pour que l’industrie alimentaire et les chercheurs en Nutrition travaillent ensemble afin de déterminer comment atteindre cet effet bénéfique potentiel pour la santé.

traduction de l’abstract original en anglais publié dans Pubmed ainsi que par l’éditeur de la revue, dont l’intégralité de l’article peut être obtenu en suivant l’adresse électronique suivante : http://www.springerlink.com/content/q62307h885247n1r/

Du Ginkgo biloba contre l’anxiété

Par Marie Déniel. D’après J Psychiatr Research, septembre 2007.

Déjà reconnue pour ralentir la progression de la maladie d’Alzheimer ainsi que pour atténuer le déclin de la mémoire et des fonctions cognitives, le ginkgo biloba aurait des effets anxiolytiques.

Les chercheurs ont mené un essai clinique auprès de 107 patients souffrant d’anxiété et dont l’âge variait de 18 ans à 70 ans. Aucun d’entre eux ne souffrait de déclin cognitif ou de démence. Durant quatre semaines, les sujets prenaient soit une dose quotidienne de 480 mg d’extrait de ginkgo, soit une dose de 240 mg du même extrait soit un placebo.

Selon les résultats, les deux dosages de ginkgo ont eu pour effet de diminuer l’anxiété des sujets comparativement au placebo. L’ampleur de l’effet anxiolytique de l’extrait de ginkgo serait comparable à celui obtenu dans des essais similaires menés avec des anxiolytiques classiques comme l’oxazépam et le bromazépam.

Les sujets qui prenaient de l’extrait de ginkgo ont vu baisser sensiblement leur tension artérielle tandis que cet effet n’a pas été observé chez les patients qui prenaient le placebo, rapportent également les auteurs de l’étude.

Le ginko biloba, qui ne cause pas de dépendance et qui ne nuit pas aux fonctions cognitives, pourrait constituer une solution de rechange aux médicaments de synthèse pour les personnes, jeunes et moins jeunes, qui souffrent d’anxiété, concluent les chercheurs.

Référence : Woelk H, Arnoldt KH, et al. Ginkgo biloba special extract EGb 761 in generalized anxiety disorder and adjustment disorder with anxious mood: a randomized, double-blind, placebo-controlled trial. J Psychiatr Research. 41(6):472-80, septembre 2007.

Osteopathy may decrease obstructive apnea in infants: a pilot study

Osteopathy may have a positive influence on the incidence of obstructive apneas
during sleep in infants with a previous history of obstructive apneas as measured by
polysomnography : a pilot study
Yvan Vandenplas*, Etienne Denayer, Thierry Vandenbossche, Luc Vermet, Bruno Hauser, Jean DeSchepper and Agnes Engelen

Lien

Abstract
Background: Obstructive apnea is a sleep disorder characterized by pauses in breathing during.
Sleep: breathing is interrupted by a physical block to airflow despite effort. The purpose of this study was to test if osteopathy could influence the incidence of obstructive apnea during sleep in infants.
Methods: Thirty-four healthy infants (age: 1.5–4.0 months) were recruited and randomized in two groups; six infants dropped out. The osteopathy treatment group (n = 15 infants) received 2 osteopathic treatments in a period of 2 weeks and a control group (n = 13 infants) received 2 nonspecific treatments in the same period of time. The main outcome measure was the change in the number of obstructive apneas measured during an 8-hour polysomnographic recording before and after the two treatment sessions.
Results: The results of the second polysomnographic recordings showed a significant decrease in the number of obstructive apneas in the osteopathy group (p = 0.01, Wilcoxon test), in comparison to the control group showing only a trend suggesting a gradual physiologic decrease of obstructive apneas. However, the difference in the decline of obstructive apneas between the groups after treatment was not significant (p = 0.43).
Conclusion: Osteopathy may have a positive influence on the incidence of obstructive apneas during sleep in infants with a previous history of obstructive apneas as measured by polysomnography. Additional research in this area appears warranted.

Osteopathic Medicine and Primary Care 2008, 2:8 doi:10.1186/1750-4732-2-8

 

Osteopathic Manipulative Treatment in the Emergency department for Patients With Acute Ankle Injuries

Study Objective: The purpose of this study was to evaluate the efficacy of osteopathic
manipulative treatment (OMT) as administered in the emergency department (ED) for the treatment of patients with acute ankle injuries.

Methods: Patients aged 18 years and older with unilateral ankle sprains were randomly assigned either to an OMT study group or a control group. Independent outcome variables included edema, range of motion (ROM), and pain. Both groups received the current standard of care for ankle sprains and were instructed to return for a followup examination. Patients in the OMT study group also received one session of OMT from an osteopathic physician.

Results: Patients in the OMT study group had a statistically significant (F = 5.92, P = .02) improvement in edema and pain and a trend toward increased ROM immediately following intervention with OMT. Although at follow-up both study groups demonstrated significant improvement, patients in the OMT study group had a statistically significant improvement in ROM when compared with patients in the control group.

Conclusions: Data clearly demonstrate that a single session of OMT in the ED can have a significant effect in the management of acute ankle injuries.

Lien

Anita W. Eisenhart, DO
Theodore J. Gaeta, DO, MPH
David P. Yens, PhD

Osteopathic Manipulative Treatment in Prenatal Care

The use of osteopathic manipulative treatment (OMT) during pregnancyhas a long tradition in osteopathic medicine. A retrospectivestudy was designed to compare a group of women who receivedprenatal OMT with a matched group that did not receive prenatalOMT. The medical records of 160 women from four cities who receivedprenatal OMT were reviewed for the occurrence of meconium-stainedamniotic fluid, preterm delivery, use of forceps, and cesareandelivery. The randomly selected records of 161 women who werefrom the same cities, but who did not receive prenatal OMT,were reviewed for the same outcomes.

The results of a logisticregression analysis were statistically reliable, chi2 (4, N= 321) = 26.55; P < .001, indicating that the labor and delivery outcomes, as a set, were associated with whether OMT was administered during pregnancy. According to the Wald criterion, prenatal OMT was significantly associated with meconium-stained amniotic fluid (Z = 13.20, P < .001) and preterm delivery (Z = 9.91; P < .01), while the use of forceps was found to be marginally significant (Z = 3.28; P = .07). The case control study found evidence of improved outcomes in labor and delivery for women who received prenatal OMT, compared with women who did not. A prospective study is proposed as the next step in evaluating the effects of prenatal OMT.

HH King; MA Tettambel; MD Lockwood; KH Johnson; DA Arsenault; R Quist

Lien

Naturopathic Care for Chronic Low Back Pain: A Randomized Trial

An important finding from this trial was the effectiveness of theNaturopathic care. We expected to see an effect on quality of life as the Naturopathic care group received treatment aimed at relaxation and improved nutrition. Quality of life appears to be linked to chronic back pain[1] and so our finding on quality of life improvement suggests that further research on the long-term effects of Naturopathic care would be of interest to patients.
Further to this, we observed a significant decrease in the weight and BMI of participants in the Naturopathic care group compared to the control group, with a relative decrease of 1.46 Kgs (95% CI, 22.60, 20.32) between groups (P= 0.0052) and a mean decrease of 0.52 (20.96, 20.08) BMI between groups (P for difference=0.01).
Many patients access complementary therapy providers over physicians or more traditionally regulated professions due to the perception that CAM practitioners provide a more holistic treatment package, which examines physical complaints along with mental and emotional concerns, and indeed sometimes spiritual concerns[17]. Our study did not aim to determine participant contentment with Naturopathic care over other therapies, but we did receive systematic feedback in the form of optional comments on the forms that the participants in the Naturopathic care group increased their interest in seeking CAM care and developed an increased appreciation for Naturopathic care. The results from this first randomized trial evaluating naturopathic care for chronic low back pain suggest that further research is warranted to determine the generalizability of this intervention, the specific contribution of individual treatment components, and the cost benefit associated with this therapy.

Orest Szczurko1, Kieran Cooley1, Jason W. Busse2, Dugald Seely1, Bob Bernhardt1, Gordon H. Guyatt2, Qi Zhou2, Edward J. Mills2*
1 Division of Clinical Epidemiology, Canadian College of Naturopathic Medicine, Toronto, Ontario, Canada, 2 Department of Clinical Epidemiology and
Biostatistics, McMaster University, Hamilton, Ontario, Canada

Neural protection by naturopathic compounds—an example of tetramethylpyrazine from retina to brain

Par zhiqun Tan

These results suggest a promising prospect for TMP to be used as a treatment of specific neurodegenerative diseases.

Abstract Given the advantages of being stable in the ambient environment, being permeable to the blood–brain and/or blood–eye barriers and being convenient for administration, naturopathic compounds have growingly become promising therapeutic candidates for neural protection. Extracted from one of the most common Chinese herbal medicines, tetramethylpyrazine (TMP), also designated as ligustrazine, has been suggested to be neuroprotective in the central nervous system as well as the peripheral nerve network. Although the detailed molecular mechanisms of its efficacy for neural protection are understood limitedly, accumulating evidence suggests that antioxidative stress, antagonism for calcium, and suppression of pro-inflammatory factors contribute significantly to its neuroprotection. In animal studies, systemic administration of TMP (subcutaneous injection, 50 mg/kg) significantly blocked neuronal degeneration in hippocampus as well as the other vulnerable regions in brains of Sprague–Dawley rats following kainate-induced prolonged seizures. Results from us and others also demonstrated potent neuroprotective efficacy of TMP for retinal cells and robust benefits for brain in Alzheimer’s disease or other brain injury. Given the assessment of the distribution, metabolism, excretion, and toxicity information that is already available on most neuroprotective naturopathic compounds such as TMP, it would not take much preclinical data to justify bringing such therapeutic compounds to clinical trials in humans.

Department of Neurology, University of California Irvine School of Medicine, ZOT 4275, 100 Irvine Hall, Irvine, CA 92697, USA

Acupuncture Anesthesia and Analgesia for Clinical Acute Pain in Japan

Par Reina Taguchi

Acupuncture anesthesia has been practiced in China since about 1960. In Japan, Hyodo reported 30 cases of acupuncture anesthesia in 1972. However, from around 1980, the direction of acupuncture investigations turned from anesthesia to analgesia. Acupuncture analgesia is presently considered a way to activate the body’s endogenous analgesic system. Recently, with the rise of acupuncture as one of the most well known CAM therapies, acupuncture or moxibustion treatment has been reported for both acute and chronic pain. Even so, few clinical reports and original articles have been reported in Japan.
This review illustrates how acupuncture is being used in Japan for acute pain such as surgical operations, post- operative pain (POP), neuropathic pain, pain associated with teeth extractions and after the extraction of impacted wisdom teeth.

Keywords: acupuncture analgesia – acupuncture anesthesia – acute pain – individual variation – neuropathic pain – pain after extraction of impacted wisdom teeth – pain from teeth extractions – post-operative pain – surgery operation

Lien
Lien

Cranberry versus antibiotiques en prévention de l’infection urinaire : quel est le meilleur ?

Les dames soucieuses d’écologie, en tout cas celles qui souffrent d’infections urinaires (IU) récidivantes, ne jurent que par elle, la cranberry (en français canneberge) certaines d’avoir trouvé là le remède à leur triste condition. Ont-elles raison, ont-elles tort ?

M T McMurdo et coll., en introduction d’un essai contrôlé randomisé qui fait le point sur l’efficacité comparée des antibiotiques (représentés par le triméthoprime) et de l’extrait de baie de cranberry, soulignent qu’en réalité tout n’est pas si clair : si, grâce à une revue Cochrane qui fait référence on sait que le petit fruit rouge réduit la fréquence des IU chez la femme de 30-40 ans, rien ne prouve encore que, chez sa consoeur plus âgée et donc plus à risque elle ferait au moins aussi bien que le traitement de référence, par antibiotiques à fortes doses discontinues ou petites doses préventives prolongées. Un trou dans la littérature qui méritait effectivement d’être rapidement comblé…

Etude, donc, de 137 femmes de plus de 45 ans, à risque car ayant développé au moins deux IU traitées par antibiotique dans l’année ayant précédé l’inclusion, auxquelles on proposait de prendre au coucher 500 mg d’extrait de canneberge ou 100 mg de trométhoprime, pendant 6 mois. Trente et une d’entre elles ont développé une infection, 25 dans le groupe cranberry et 14 dans l’autre (différence de RR 1,616, IC 95 % : 0,93-2,79), avec des délais de première récurrence globalement comparables, à 84,5 et 91 jours. On enregistra 6/69 abandons de la cranberry (dont 4 pour intolérance digestive et un pour nocturie), versus 11/68 pour l’antibiotique (dont 4 pour troubles gastro-intestinaux et 3 pour rash/ prurit). L’analyse bactériologique des germes isolés en cours de traitement ne se révéla pas originale, E coli arrivant comme d’habitude largement en tête, dans les deux groupes, devant d’autres entérobactéries.

On aurait bien aimé que l’extrait de canneberge soit aussi efficace que l’antibiotique, ce qui ne fut donc pas tout à fait le cas. Pour les auteurs, cependant, cette étude prouve de façon incontestable que les femmes disposent d’une alternative aux antibiotiques dont elles devraient profiter plus largement : au prix d’une efficacité à peine moindre, l’extrait de la célèbre baie américaine permettrait d’éviter l’apparition de bactéries résistant aux antibiotiques tout en éloignant le risque des sur infections fongiques intestinales ou vaginales et de la très délétère colite pseudo- membraneuse. Et en plus, il paraît que ce produit naturel (« qualité » soulignée par M McMurdo) n’est même pas cher…

Dr Jack Breuil

Lien

McMurdo M et coll. : Cranberry or trimethoprim for the prevention of recurrent urinary tract infections? A randomized controlled trial in older women. J Antimicrob Chemother., 2009; 63: 389-395

Des choux, des carottes et des pêches… pour réduire, peut-être, le risque de glaucome

Un nombre croissant d’études s’intéresse aux relations entre alimentation et développement des atteintes oculaires source de cécité. Le rôle des facteurs nutritionnels dans la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) par exemple, est mis en avant dans certains travaux, non retrouvé de façon homogène, et souvent source de controverse. C’est dans ce contexte que des auteurs américains et grecs publient les résultats d’une étude visant à préciser les relations entre risque de glaucome et consommation de fruits et légumes spécifiques chez les femmes âgées.

Cette étude multicentrique a inclus 1 155 femmes participant à la Study of Osteoporotic Fractures (SOF), mise en place entre 1986 et 1988 et qui ont bénéficié à l’occasion du bilan des 10 ans de suivi, d’un examen ophtalmologique.
La consommation habituelle de fruits et légumes au cours de l’année écoulée, a été évaluée par questionnaires, en portant une attention particulière à la consommation d’épinards crus ou cuits, de salades vertes, de jus d’orange, de pêches séchées ou en conserves, de pommes fraîches, de bananes, d’oranges, de chou, de carottes, puisque un lien avait été suggéré par certaines études entre ces aliments et les affections oculaires.

Des ajustements ont été effectués sur de nombreux facteurs potentiels de confusion, parmi lesquels : l’âge, le centre d’étude, le niveau d’éducation, le tabagisme, la consommation d’alcool, l’ethnie, l’indice de masse corporelle, la pratique de la marche comme exercice physique, l’auto-évaluation de l’état de santé, l’existence auto-rapportée d’un diabète, d’une HTA, d’une DMLA.

Dans cette population féminine, âgée de 79,4 ans en moyenne (67-97 ans), dont 95,3 % étaient non fumeuses au moment de l’étude et 6,2 % signalaient avoir un diabète, la prévalence globale du glaucome était de 8,2 %. Cette prévalence s’élevait avec l’âge, passant de 6 % chez les 65-74 ans (n = 84) à 30 % chez les 80-84 ans (n = 348).
L’analyse des résultats donne, chez les femmes consommant au moins une fois par mois du chou vert, un odds ratio (OR) pour le glaucome de 0,31 (IC à 95 % 0,11-0,91) en comparaison de celles en consommant à une fréquence moindre, chez les femmes ayant une consommation au moins bihebdomadaire de carottes fraîches un OR de 0,36 (IC à 95 % 0,17-0,77) en comparaison de celles en consommant moins d’une fois par semaine, et chez les femmes consommant au moins une fois par semaine des pêches séchées ou en conserve un OR de 0,53 (IC à 95 % 0,29-0,97) en comparaison de celles en consommant moins d’une fois par mois.

Cette étude, menée sur population de plus de 1 100 femmes âgées, suggère une relation, jusque-là peu évoquée, entre consommation accrue de certains fruits et légumes et risque de glaucome. Elle associe consommation de chou vert, de carottes fraîches et de pêches séchées ou en conserve, à une réduction du risque de glaucome, respectivement de 69 %, 64 % et 47 %. Mais ces résultats, non nécessairement extrapolables à une population masculine ou plus jeune, et qui pourraient être liés à l’effet confondant de facteurs associés à un mode de vie plus sain autres que la consommation de fruits et légumes, doivent être interprétés avec prudence et méritent sans doute des études complémentaires.

Dr Claudine Goldgewicht

Coleman AL et coll. : Glaucoma risk and the consumption of fruits and vegetables among older women in the Study of Osteoporotic Fractures. Am J Ophtalmol, Publication avancée en ligne, 27 février 2008.

Lien